Certains anciens villages ont disparu dans notre belle vallée de Saint-Amarin et nous allons voir de quelle manière...

Nous les retrouvons indiqués,  dans les actes de la vie de nos ancêtres,  nous interrogeant, très souvent,  sur les endroits où se situaient ces villages dont, aujourd'hui, la vallée ne garde en mémoire que quelques lieux-dits quelque peu évocateurs.

Gilles SIFFERLEN dans son ouvrage "la vallée de Saint-Amarin" en a répertorié quelques uns par ordre alphabétique les voici donc :

  • Coellm ou Kelm dont les archives parlaient encore en 1550 et qui, d'après une légende datant de 1724 fut même autrefois une véritable "ville". C'est le nom et la qualité que lui donne la "Thanner Chronik" (Chronique de Thann que nous avons déjà évoquée ici) et dans l'ouvrage de M. Straub page 22. Kelm est encore évoqué aujourd'hui sur Fellering comme lieu-dit.

  • Vogelbach : cette localité est aussi placée par M. Straub parmi les villages ayant disparu vers 1342. Voici en fait ce qu'il en est : situé près de Saint-Amarin, le village subit vers l'époque indiquée, le sort de la ville qui fut détruite par les Anglais en 1376 (guerre de 100 ans). Mais, comme la ville, le village disparu momentanément et fut relevé de ses ruines à force de courage des habitants. Il fut même, un moment donné relativement considérable pour que le Chapitre de Thann, dans un Mémoire au roi de France l'appelât "petit bourg" et "lieu de sa fondation originaire" (notes manuscrites de M. Hans page 56). Ce village forme un quartier du chef lieu de canton et est dans l'environnement  de Goldbach-Altenbach.

  • Woll, en 1466 existait encore sur la région de Wildenstein autour du château. Le village, ou plutôt le hameau, fut incendié dans le courant de cette même année 1466 et il n'en restera que quatre ou cinq maisons qui, ensuite, furent abandonnées (même auteur M. Hans page 60 et 61). On l'appelait encore de ce nom de Woll un village situé au delà du Bramont sur la route de La Bresse et qui fut fondé par une colonie d'Alsaciens. Beaucoup de personnes fin XIXe début XXe donnaient encore ce nom à cette localité considérée comme Vosgienne.

A ces trois villages aujourd'hui quasi disparus, il faut ajouter un hameau n'existant plus du nom de Saint-Nicolas dans la vallée latérale entre ODEREN et KRUTH, ainsi qu'un autre village se situant entre Wesserling et Ranspach et qui avait pour nom WERSCHOLTZ.

Des actes datant de 1536 & 1537 font mention des habitants de ce val entre ODEREN et KRUTH. Dans le numéro 7 des privilèges accordés à cette époque par l'abbaye de Murbach au dernier tiers du val acheté par elle, on traite de la réglementation des cabaretiers et le val de Saint-Nicolas y est explicitement nommé.

Il n'y avait donc pas seulement des habitants, mais également, nous le constatons, des cabarets... preuve, s'il en fut, que nos ancêtres savaient également s'amuser...

D'après cela, il est permis de croire que les trois "Werschmatten", la haute, la moyenne et la basse, étaient habitées et que l'auberge qui a traversé les âges et qui s'appelle "Santisage" , fut anciennement une des auberges dont il est question..

Goldbach_vue_sur_Eglise_1914

GOLDBACH au dessus de SAINT AMARIN  - VOGELBACH se situait dans le même environnement

M.A.T. d'après les écrits de Gilles SIFFERLEN "la vallée de Saint Amarin" chapitre XII localités disparues page 208 - 1909 - iconographie site Tschirret sur la vallée de Saint-Amarin