Le dernier numéro de LA VIE (n°3233 semaine du 16 août 2007) contient un article dans la rubrique FAMILLES sur les COUSINS, COUSINES et COUSINADES. Contactés en juillet dernier par Géraldine BORDERE, journaliste auteur de l'article, nous avons donc l'honneur d'être cités dans les lignes de ce dernier et voici le texte de cet extrait - à signaler une petite erreur d'interprêtation : les deux frères dont elle parle sont en fait des cousins germains que j'avais fait se retrouver non pas lors de notre dernière cousinade mais en 1990. Mise à part ce petit écart de vérité, le reste met bien en exergue notre famille et la place que prend dans ma vie l'organisation de ces réunions familiales.

...... "Autre ambiance chez les Arnold deux semaines plus tard. Ici, la cousinade a été hissée au rang de tradition familiale. Tous les trois ans depuis 30 ans, une partie des membres de cette famille solidement implantée en Alsace (ils sont plus de 2000 en tout) se retrouvent dans le berceau familial à KRUTH, pour évoquer la mémoire de l'ancêtre commun : Claude ARNOLD né en 1623, Marguillier (administrateur et trésorier d'une paroisse) de l'abbaye de Munster. Mais aussi et surtout pour partager kugelhof et verres de gewurztraminer. Madeleine Arnold-Tétard, présidente de l'ASS.I.F.ARNOLD prend son rôle d'organisatrice très à coeur. Aucune place n'est laissée à l'improvisation. Les invités sont badgés pour être plus vite identifiés, l'arbre généalogique d'une dizaine de mètres de long est fièrement exhibé et les panneaux d'affichage récapitulant l'histoire de l'ancêtre trônent en bonne place au milieu des classeurs et autres DVD des précédents rassemblements familiaux.

........" Devenue une véritable petite entreprise familiale, l'association a donné naissance à un bulletin trimestriel BONJOUR LES COUSINS, édité à 150 exemplaires, et à même sa propre chanson et son blason. Dans le monde de la généalogie, la notoriété de Madeleine n'est plus à faire et lui vaut des centaines de mails quotidiens. "J'ai toujours été passionnée de généalogie, j'avais déjà accumulé beaucoup d'informations sur ma famille avant de commencer à organiser ces réunions. Le déclencheur a été la mort de mon père en 1977. J'ai eu envie de concrétiser ces recherches". Des heures de travail et parfois un miracle : lors du dernier rassemblement, Madeleine a réuni, après 30 ans de séparation, deux demi-frères dont l'un était parti en Algérie. 

"C'était très émouvant", se souvient-elle. Ces petits moments de bonheur sont une récompense pour toutes ces heures de recherche"................

Bien d'autres exemples sont mis en avant dans cet article (page 27 à 29 de la revue) et si certaines COUSINADES prennent des ampleurs phénoménales comme par exemple celle organisée par Christian FERRU en 2001 avec plus de 2600 participants, d'autres ne réunissent que les cousins germains issus d'arrières grands parents communs mais tous ont à coeur le retour vers "cette valeur refuge qu'est la famille" ajoute Géraldine BORDERE et cela résume tout à fait la motivation qui est celle des organisateurs de cousinade.

M.A.T.

Rassemblement_mai_2005_071

Une vue de notre exposition lors de notre dernière cousinade de 2005 à KRUTH sous le préau de l'école