TOPONYMIE DE FELLERING et de ses environs

105px_Fellering

" Ecartelé, au premier de gueules à la bande d'argent chargée de trois cloches de vair, au second d'or à trois sapins sur un mont, le tout de sinople, au troisième d'argent au lévrier de sable, colleté et bouclé de gueules, au quatrième d'azur au héron d'argent debout sur une terrasse de sable ".

" De gueules à la bande d'argent chargée de trois cloches de vair " était le blason de la famille de Veldelingen (ancien nom de Fellering) originaire de Saint-Amarin, éteinte au XV° siècle, qui avait des possessions à Fellering. Les " sapins " évoquent la forêt communale, le " lévrier " est celui de l'abbaye de Murbach dont le territoire comprenait Fellering jusqu'à la Révolution. Quant au " héron ", il rappelle la présence de cet échassier dans la tourbière du lieu. (site de la ville de FELLERING - BLASON)

Le nom de FELLERING, est un exemple très intéressant de "rhabillage trompeur" par les Clercs et de leurs erreurs phonétiques... En effet, en 1357, le village est inscrit comme VELDELINGEN, déformation de VALTININGEN car en Suisse, près de ZURICH, les clercs ont respecté dans le même toponyme la prononciation locale en écrivant en 831 : VALTININGEN..

Les noms de lieux en "INGEN" sont très anciens. Ce suffixe collectif désigne une fondation créée par un clan dont le chef lui donnait le nom. A VALTININGEN en Suisse, comme VALTININGEN en Alsace, ce chef s'appelait "VALTIN" contraction de VALENTIN, nom assez répandu dans les région Alpines en souvenir de SAINT VALENTIN qui était vénéré comme patron des Agriculteurs et des Eleveurs.

Comme ceux de VALTININGEN en Suisse, les fondateur de "FALLRI" s'établissent au 9è siècle et font de SAINT VALENTIN le second patron de la paroisse de SAINT AMARIN, alors la seule paroisse de la vallée jusqu'au 15è siècle.

Encore de nos jours, le nom de VALTIN est assez répandu parmi les habitants de la vallée, prononcé "Fàlte" et "Fàltine" .

Le Vàltiningen en Suisse était devenu avec le temps Valtalingen..

Celui d'Alsace s'écrivait en 1416 VELDINGEN prononcé en dialecte VALDINGEN. On rectifiait ainsi la prononciation "VELDELINGEN" de 1357. En 1416, on a VALDINGEN mais en 1550 dont très tard apparaît curieusement FELDRINGEN !

Un scribe ignorant l'origine authentique de VALDINGEN a arbitrairement altéré ce nom et imaginé FELDRINGEN voulant y mettre un sens et désigner ainsi un village cerné de champs, ou Feldring ! C'était archi-faux et en 1575, déjà on a corrigé cette altération par FELLERING, prononcé "Fàllering" avec l'adjectif FALLRINGER.

FELLERING_MINI

Le beau village de FELLERING vers 1900

et aujourd'hui

FELLERING_PAUL

le village n'a guère changé  (photo Paul LUTTENBACHER)

WESSERLING  Ce toponyme doit dater aussi du 9è siècle. Le nom du chef de cette colonie, de ces "ingen", devait être "Wàsserl", un composé de  "Wàzzo" abrégé "Wass" : vaillant et d' "ERL" qui signifie : noble. Wasserl veut donc dire : vaillant noble ou noble vaillant : WASSERL INGEN  a été inscrit faussement WESSERLING mais c'était toujours prononcé WASSERLINGEN et finalement WASSERLING.

Ce toponyme ne peut venir de "Wasser" : eau - aussi le dictionnaire de Dauzat-Rostaing fait de WASSER BURG : le château de Wàzzo ou Wàsso.

wesserling_00

WESSERLING et ses usines de tissage vers 1900

COELMEN : est cité dans un document daté de 1550 comme étant une annexe de FELERING. Cet habitat semble bien plus ancien que le village lui-même. Il existe au moins une quarantaine de commune de ce nom données par Dauzat-Rostaing et beaucoup se trouvent d'ailleurs dans les Vosges.  Il s'agirait d'un lieu pierreux provenant de la racine "KAL" et il est situé au bas de la moraine du lac d'Urbès et près du confluent du Seebach et de la Thur. KOELMEN a donc le même sens que les lieux appelés STEINEN et STEIN en SUISSE et était probablement un relais de la voie celtique menant de la vallée de Saint-Amarin à l'autre versant des Vosges.

GISSLEN : En amont du cimetière, au bord de la Thur, se trouvent les "Gisslen". Ce terme provient de "GIESSEN" = GUSS. Dans la vallée on appelle l'inondation "eine glisse". Les Gisslen seraient donc des terrains déjà inondés par une petite "Gisse"

KASTELAECKER : Entre FELLERING et ODEREN se trouvent ce lieu qui sont des champs au pied du monticule autrefois appelé KASTELBERG sur lequel il y avait un refuge fortifié un "Kastell" et qui est désormais un grand calvaire surmontant la hauteur.

SCHLIFFELS : Ce lieu veut dire "rocher glissant" : lisse "Schliffig" A ODEREN, il y a vis à vis du BÄRENBERG un rocher appelé "Glatte Fels" ..

STICKLRAIN : Ce lieu était autrefois une pente, un "RAIN" couvert d'un taillis qui fournissait des "Stickel", des échalas, des rames ou "Bohnestàke".

TALHORN : le Talhorn est la pointe de la vallée

RAMERSBACH : c'est le ruisseau des corbeaux : Ram = Rabe

PFENGMATT : ce nom vient de Fennematt c'est à dire une prairie humide.

KAESMATT :  une déformation de Kiesmatt qui est un pré gravilloneux.

SIEBACH : nommé également NASEBACH ou NASIBACH en 1571, est un torrent venant d'un nez ... C'est à dire : une saillie de la montagne au dessus de FELLERING.

TULLBERG : c'est une tautologie, car Tull en gaulois veut dire BERG soit montagne

DRUMONT : prononcé "troumong" dans la vallée est la traduction de LOCHBERG. Le Loch est le ravin très abrupt dévalant de la crête à la chaume du LOCHBERGEL.

STRESSEL : désigne une petite route autrefois à peine carrossable allant de Kruth à Ventron et qui fut élargie entre 1840 et 1845.

PLAETTMATT : ce nom vient de "plätten" qui veut dire rendre plat : aplanir. Cette grande prairie fut aménagée pour être inondée en hiver et forme une patinoire idéale..

A mi-chemin vers le Rammersbach il y a le PLANSCHENWASEN dont le nom vient de Planschen soit planches et indique un sommet plat. Il y a également un PLANSCHEN à GOLDBACH. Egalement un versant boisé appelé le BATSCHINAWALD : ce terme est une adaptation du mot allemand "FASCHINE" qui fut formé du latin "fascina" signifiant un fagot.  Il était permis dans ce bois, de ramasser le bois mort en fagots. Tout au fond du RAMMERSBACH se trouve à droite le VORGOTT - ce nom Vosgien désigne une source et un terrain humide.

Fellering_Ramerspach_1914_1918

FELLERING - le RAMERSPACH au pied du DRUMONT vers 1914-18 collection H. Dierstein

sources : Les noms des lieux et des lieux-dits dans la vallée de SAINT AMARIN par Fr Joseph PETER Prêtre de BITSCHWILLER - iconographies collection ASS.IF.ARNOLD photo P. LUTTENBACHER - Collection Hervé DIERSTEIN